Aller au contenu principal

Élément clé de la conception d’un produit destiné à la vente et de sa réception auprès des acheteurs, le packaging est souvent négligé par les marques. Véritable seconde peau du produit, le design packaging représente les valeurs et l’image d’une marque, facteurs fondamentaux dans la décision d’achat du client. Qu’est-ce-que le design packaging ? Comment conceptualiser un packaging innovant ? Quels sont les nouveaux enjeux du secteur ? Sealester vous offre son décryptage.

Le design packaging, qu’est-ce-que c’est ?

Le design packaging est la phase créative et technique de conception des volumes, décors et matériaux d’un emballage destiné à contenir un produit marchand. La conception est réalisée en interne ou en externe, par une équipe de designers packaging dédiée à la tâche.

Selon un cahier des charges, soit une liste de fondamentaux à respecter établie par une entreprise, une équipe de créatifs conçoit les différentes parties du design parmi laquelle :

  • le design structurel : correspondant à la forme directe que prendra le contenant et qui répond à son utilité,
  • et le design graphique : correspondant à ce qui sera imprimé sur la surface du contenant et qui informera le client sur le produit.

Sealester travaille à l’élaboration de packagings au design innovant et hors standard. Notre but est d’accompagner nos clients plus loin dans leur vision du packaging et de conceptualiser de réels outils marketing qui accompagneront les marques dans leur développement.

Les étapes du design de packaging

La règle des vingt secondes est bien connue en marketing et surtout en design packaging. C’est dans les vingt premières secondes que le client décide s’il achètera un produit ou non. Ainsi l’emballage, ses matériaux, son design, ses informations visuelles et son ergonomie sont discutés longuement par les équipes créatives, durant plusieurs phases. Les voici.

Briefing créatif

Lors de la première étape, appelée aussi briefing créatif, les équipes de designers rencontrent le client et échangent sur le projet et la collaboration. Par la suite, l’entreprise envoie un cahier des charges et une charte graphique sur lesquels les designers se baseront pour établir la faisabilité du projet, les souhaits du client et son budget.

C’est durant cette étape que des choix artistiques et pratiques sont faits concernant :

  • les fonctionnalités,
  • le choix des matériaux,
  • l’ergonomie,
  • l’esthétique,
  • l’univers du produit,
  • la spécificité de l’offre,
  • le public ciblé,
  • l’interface de vente (internet ou/et boutique),
  • la polysensorialité,
  • l’usage,
  • l’éco-conception,
  • les normes de conditionnement,
  • et les exigences d’expédition.

Cette partie plus artistique est réalisée sous le signe du marketing. Elle viendra toucher l’aspect émotionnel du produit, son aura et son image pour les potentiels acheteurs.

La majorité des produits dispose de trois parties :

  • l’intérieur du packaging en contact direct avec le produit,
  • l’extérieur du packaging qui comporte les informations et l’identité graphique,
  • la forme du packaging en lui-même.

Les emballages peuvent se multiplier pour un même produit. Dans ce cas, les emballages dits primaires, sont ceux dans lesquels sont contenus le produit en lui-même, comme un tube de dentifrice par exemple. L’emballage primaire s’additionne ensuite à l’emballage secondaire, dans lequel le produit est enveloppé pour être mis à la vente : la boîte en carton autour du tube de dentifrice. On parle aussi de troisième emballage quand il est question d’élaboration d’un colis pour les envois par la poste.

Sealester conçoit des emballages primaires qui jouent également le rôle d’emballage secondaire. Un paquet de céréales à la fois souple et solide qui préserverait le produit de l’extérieur tout en exposant les informations packaging de manière claire. Ou une éco-recharge permettant d’éviter l’achat renouvelé d’emballage solide et de re-remplir simplement celui que l’on conserve après le premier achat. Le but étant de diminuer l’utilisation de ressources via des matériaux et des technologies innovantes.

Le choix de matériaux

Le choix des matériaux est au centre de la conception. À l’heure où de plus en plus d’acheteurs souhaitent bannir le plastique de leur consommation. À l’heure du vote de la loi AGEC contre le gaspillage et pour l’expansion de l’économie circulaire. À l’heure de l’interdiction progressive des produits plastiques à usage unique d’ici à 2040, il n’est plus question de proposer le plastique comme LA solution. L’avenir du packaging est intimement lié à celui de l’industrie. C’est pourquoi, nous souhaitons agir activement pour un packagingresponsable et Made in France : enjeux centraux du développement durable que nous tentons de mettre en place dans l’élaboration de produits respectueux et d’éco-recharges pour l’alimentaire, les cosmétiques, le luxe ou encore le bien-être.

Une vision commune d’un futur conscient des nouveaux paradigmes sociétaux que nous partageons avec le secteur et nos fournisseurs. Cartons ondulés, emballages comestibles, polyéthylène compostable à base d’amidon de maïs... les solutions existent en nombre. Sealester travaille une matériauthèque innovante et en perpétuelle évolution. Ainsi, le composite kraft PE, le papier en fibre de pomme, le papier métallisé PE ou encore le composite papier transparent sont au cœur de nos réalisations.

Lors de la deuxième phase, le point de vue du fournisseur s’allie au travail d’équipe du client et du fabricant, pour trouver une solution concrète, économique et responsable pour la conception du produit.

La phase de test et production

Ici, il est temps de produire le premier prototype et de commencer une série de tests d’usage, de poids et de fonctionnalités, pour être sûr que l’emballage n’est pas simplement esthétique, mais aussi pratique et intéressant d’un point de vue qualité prix. Une fois le prototype terminé, les équipes l’envoient au client pour obtenir son aval ou appliquer les dernières modifications. Cette étape que l’on appelle aussi prototypage précède la phase de production du produit en mini, petite et moyenne série que prend également en charge Sealester.

La différence Sealester

Nous nous informons sur les dernières avancées techniques, technologiques et les normes de recyclage des différents pays pour vous proposer des solutions d’emballages sur-mesure toujours plus innovantes, bon marché et respectueuses du client et de l’environnement. C’est le cas de nos emballages à soudures digitales ou triface packaging qui cassent les codes avec une approche écologique moins gourmande en matières premières. Pour en savoir plus, découvrez nos dernières avancées.

Posté dans Les dessous de l'emballage souple le 30 nov. 2021.

Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.